Genie Electrique

Site de l'electricté en tout genre
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Arrow Présentation Obligatoire >ICI< AVANT DE POSTER
Arrow Suggérez nous vos idées et vos souhaits >ICI<
Arrow Le moteur de recherche du forum, ne fonctionne que pour les membres enregistrés
Arrow Vous pouvez visiter notre groupe FACEBOOK
Arrow Nous hébergeons nos fichiers flash sur ce site : http://metatoile.com/

Partagez
 

 7 trucs pour que vos enfants vous écoutent

Aller en bas 
AuteurMessage
SmartSam
Webmaster
Webmaster
SmartSam

nationalité du membre : Algérie

médailles du membre : 7 trucs pour que vos enfants vous écoutent 8845707B9b5TB7 trucs pour que vos enfants vous écoutent 444499Honneurmilitaire


Messages : 257
Date d'inscription : 27/12/2011
Age : 34
Localisation : SOMEWHERE

7 trucs pour que vos enfants vous écoutent Empty
MessageSujet: 7 trucs pour que vos enfants vous écoutent   7 trucs pour que vos enfants vous écoutent EmptyDim 1 Avr - 22:06

Obéissance: mode d'emploi
Il n'est pas toujours facile de faire les bons choix dans l'éducation de nos enfants. Comme il n'existe aucun mode d'emploi, force est de constater que bien des parents fonctionnent par essais et erreurs. À un certain moment, on peut avoir l'impression de tout faire de la mauvaise façon, particulièrement lorsque notre progéniture ne veut rien entendre. Y a-t-il des règles de base pour faciliter la communication parent-enfant? Dre Noémi Gagnon-Oosterwaal, psychologue offrant notamment services de coaching parental, nous en donne quelques-unes.

1. Être cohérent et constant
Dre Gagnon-Oosterwaal parle d'emblée de cohérence entre les parents quand on lui parle de discipline. Elle fait un lien avec une équipe sportive pour illustrer le concept. « L'idée c'est que les parents jouent pour la même équipe : l'enfant doit savoir que peu importe à qui il s'adresse, il va obtenir la même réponse venant de son père et de sa mère » explique-t-elle. Elle insiste aussi sur l'importance de la constance dans l'éducation des enfants. À défaut d'établir une routine ou des règles et de les conserver, l'enfant ne s'y retrouvera pas. C'est à ce moment que les problèmes peuvent survenir. « Ça devient difficile pour l'enfant de savoir ce qui est attendu de lui », dit la psychologue. Par exemple, s'il est important pour nous que l'enfant reste assis tout au long du repas même s'il ne veut pas manger, on ne doit pas en déroger. En permettant à l'enfant de se lever de table alors que toute la famille y reste, on va à l'encontre des règles établies et l'enfant apprendra vite qu'il a beaucoup de pouvoir. « L'enfant peut jongler avec le fait que maman va peut-être changer d'idée... », conclut la psychologue.

2. Utiliser un ton approprié
Quand on s'adresse à l'enfant, il est important de conserver un ton respectueux. « Crier, faire une grosse crise ou hausser le ton, ce n'est pas nécessaire », explique Noémi Gagnon-Oosterwaal. Elle ajoute que le non verbal est tout aussi éloquent. Par exemple, le fait de pointer l'enfant du doigt ou de lever les yeux au ciel n'aidera pas le parent à se faire entendre. À l'inverse, se montrer trop mou ou pas assez insistant ne convaincront pas l'enfant d'obtempérer aux demandes. « Il ne faut pas le supplier, mais il ne faut pas non plus être trop autoritaire », ajoute-t-elle.

3. La technique du 1-2-3
Selon Noémie Gagnon-Oosterwaal, la technique du 1-2-3 peut être très efficace, en fonction de l'âge de l'enfant. On prévient l'enfant de ce que l'on attend de lui et on lui dit qu'on comptera jusqu'à trois. On précise ce qui arrivera après, s'il n'a pas bougé. Il sait donc qu'il doit obtempérer, à défaut de quoi il y aura une conséquence. Évidemment, cette technique doit être suivie à la lettre, si on veut obtenir des résultats. « Certains parents vont l'utiliser, mais ne vont pas donner la conséquence qu'ils ont nommée à l'enfant. Dans ce cas-là, ça ne marche pas », explique la psychologue. Elle ajoute que cette technique, davantage appliquée avec des enfants en bas âge, peut aussi avoir son utilité avec des enfants plus vieux. L'important, c'est qu'elle soit privilégiée dans le cadre d'une routine connue : l'heure des devoirs, du bain, du rangement, du brossage de dents, etc. Rien qui sort des habitudes de la maison. « On ne lui dira pas : va pelleter l'entrée dans 1-2-3... », précise-t-elle.

4. Faire du renforcement positif
« On voit plus facilement ce qui va mal, mais il est important de renforcer les comportements appropriés », explique Noémi Gagnon-Oosterwaal. Elle ajoute que même si le renforcement est nécessaire pour maintenir un comportement positif, il ne faut pas non plus en abuser. En effet, des études ont démontré que le fait de souligner les bons coups de notre enfant de façon intermittente ou aléatoire serait la façon de faire la plus efficace. À ce chapitre, la psychologue suggère un ratio d'un renforcement pour trois bons comportements. Elle ajoute que le celui-ci ne doit forcément être matériel. Un geste subtil comme un sourire, un pouce levé pour démontrer la satisfaction ou petite tape sur l'épaule démontreront tout aussi bien à l'enfant la satisfaction et la fierté de son parent envers son comportement.

5. Être précis
« Quand on adresse une consigne à l'enfant, il faut être précis pour être compris », insiste la psychologue. Elle suggère d'utiliser un nombre de mots correspondant à l'âge de l'enfant. Par exemple, un enfant de 5 ans devrait recevoir une consigne de 5 mots. Sinon, l'information ne se rendra pas. « Il n'est pas nécessaire d'avoir une conversation avec l'enfant quand on donne une consigne », affirme-t-elle. On peut aussi demander à l'enfant de nous regarder, afin d'être assuré de capter toute son attention au moment où on lui demande quelque chose.

6. Utiliser le retrait
Retirer l'enfant à un endroit prévu à cet effet peut être efficace, particulièrement avec les enfants qui mordent, tapent, font des crises ou démontrent des signes d'agressivité envers les autres. Toutefois, les étapes du retrait doivent être suivies à la lettre pour constater de bons résultats, comme l'explique Dre Gagnon-Oosterwaal. « Une des raisons pour laquelle ça ne fonctionne pas, c'est parce que les parents l'appliquent mal », affirme-t-elle. Quand le retrait prend fin, il importe de montrer à l'enfant que c'est fini et qu'on passe à autre chose, même si on est encore fâché de la situation. La psychologue suggère d'aller voir l'enfant et de lui faire un câlin ou encore de lui demander de nous taper dans la main, avant de le renvoyer à ses occupations. On ne doit surtout pas revenir sur l'incident à ce moment-là. « Si on veut faire un retour, on le fait à un autre moment. L'enfant est souvent honteux tout de suite après un retrait. Il ne faut pas en rajouter », explique-t-elle.

7. Donner le choix
Permettre à l'enfant de choisir donne généralement de bons résultats. Cette technique n'est toutefois pas appropriée pour tous les problèmes rencontrés au quotidien. « C'est une bonne technique pour de petits problèmes seulement », insiste la psychologue. Par exemple, l'enfant qui ne veut jamais s'habiller le matin acceptera peut-être de le faire si on lui offre de choisir le vêtement qu'il enfilera en premier. Cette façon de faire donne à l'enfant un sentiment de contrôle sur une situation avec laquelle il n'est pas confortable en temps normal. Il est important de ne pas faire preuve de laxisme : un enfant qui ne veut pas manger son repas ne devrait pas se voir offrir des alternatives. De plus, la psychologue ajoute que le fait d'utiliser constamment cette technique peut avoir un effet pervers. « Le moment où l'enfant veut exercer un contrôle, mais que son parent ne lui donne pas de choix, ça peut être angoissant pour lui », explique-t-elle.

_________________


7 trucs pour que vos enfants vous écoutent 952180SignSmatsam
Revenir en haut Aller en bas
http://electrix.forumalgerie.net/
 
7 trucs pour que vos enfants vous écoutent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genie Electrique :: Vie de famille :: La vie de famille-
Sauter vers: